Définition, caractéristiques et compétences d’une personne résiliente

Qu’est-ce que la résilience ?

La résilience correspond à la capacité d’adaptation d’un individu qui rencontre des défis et obstacles, générant parfois une grande dose de stress. Au plus l’individu aura des facilités à s’adapter, au plus il sera caractérisé comme résilient.

Cette compétence reste néanmoins relative. En effet, chacun dispose de son propre niveau de résilience mais qui aura tendance à varier selon la situation ou le contexte-même du problème. Par exemple, une personne peut avoir une capacité de résilience très importante dans le milieu professionnel mais être démunie face au stress de la sphère familiale. Cette notion est donc variable d’une personne à l’autre mais également d’un contexte à l’autre.

Néanmoins, la résilience est une compétence qui se travaille et s’acquiert. À force d’entraînements, chacun peut augmenter son taux de résilience et en devenir expert.

Typologie de la résilience

Chacun répond au stress à sa manière. En effet, en fonction de ses caractéristiques, l’individu optera pour la méthode de résilience qui lui convient le mieux. Il existe quatre types de résilience qui se dessinent selon quatre axes. Bien évidemment, ces méthodes ne sont pas mutuellement exclusives.

  • Résilience axée sur l’activité physique

Pour certains, la clé de la résilience est l’activité physique. Le sport est la meilleure façon d’extérioriser le stress car des endorphines, source de bien-être, sont libérées. C’est l’occasion pour ces sportifs de faire le vide pour ensuite mieux revenir et attaquer le problème à sa source. De retour de leur sport avec la tête sur les épaules, les résilients par l’activité physique évacuent leur stress.

  • Résilience axée sur l’activité mentale

Ce type de résilience trouve sa source dans la résolution de casse-têtes, de mots-croisés, de jeux de stratégie, … La stimulation cognitive leur permet d’évacuer le stress et de penser à autre chose avant de pouvoir revenir affronter leurs défis de pied ferme.

  • Résilience axée sur l’activité sociale

Très engagée dans toutes sortes de groupes, allant de la famille aux groupes d’amis et aux associations bénévoles, une personne peut puiser ses ressources de résistance et résilience au stress dans ces groupes. Elle sait qu’elle peut compter sur ses proches pour lui changer les idées mais aussi pour la conseiller et l’aider dans les obstacles qu’elle rencontre.

  • Résilience axée sur l’activité émotionnelle

Ici, la solution pour surmonter le stress est de relativiser, en planifiant et en organisant la suite des évènements. Les personnes résilientes par l’activité émotionnelle ont tendance à faire le point, mesurer où elles en sont, définir un objectif et un chemin pour y arriver. L’optimisme et l’organisation font amplement partie de leur personnalité.

Quelques prérequis…

La résilience est à la portée de celui qui veut, à condition disposer de quelques prérequis (qui peuvent évidemment s’acquérir !).

  1. Valorisez-vous et acceptez-vous. Celui qui a une bonne image de lui-même et qui s’accepte, se connaît parfaitement. Cela ne veut pas dire qu’il faut nier ses faiblesses, mais plutôt les saisir pour les mettre à son avantage. Une fois que l’on se connait bien, on sait comment on va réagir selon chaque situation, et par l’expérience on trouve plus rapidement les solutions.

  1. Gérez ses émotions et les impulsions. Apprendre à garder son calme et à rester serein pousse à avoir une réflexion plus sage et efficace.

  1. Entourez-vous. Avoir un bon entourage est bien, mais pouvoir compter sur le soutien de ses proches est mieux. Nos proches veulent notre bien-être et n’hésiteront pas à prêter main forte en cas de besoin. Cela ne se traduit pas toujours en aide matérielle ou physique, mais des conseils et un soutien moral sont toujours bénéfiques.

  1. Soyez et restez optimiste. L’état d’esprit impacte considérablement la réussite ou l’échec de nos actions. Croire en soi n’est pas suffisant, mais est une nécessité absolue si l’on veut atteindre ses objectifs.

  1. Donnez du sens au travail. Cela passe par une vision claire des objectifs et des moyens d’y parvenir. Il importe d’adhérer aux missions auxquelles on contribue, pour que le travail ait un réel sens. Cela constitue un moteur pour traverser les moments difficiles et permet d’être une réduction de la fatigue et du stress.

  1. Devenez acteur de votre vie. Saisissez les opportunités qui vous sont offertes et tirer en profit ! Même sans en avoir conscience, votre vie professionnelle et privée sont intimement liées et s’impactent l’une l’autre. Dès lors, agissez au mieux dans chacune de ces sphères et tentez d’influencer au mieux les éléments de votre vie pour que tout ne forme qu’une grande harmonie.

  1. Prenez du recul et apprenez de vos erreurs. L’ouverture d’esprit et votre expérience personnelle sont d’excellents alliés pour faire face aux problèmes et défis. Posez-vous et réfléchissez si une solution antérieure ne pourrait pas à nouveau s’appliquer pour vous aider. N’oubliez pas non plus de réfléchir à tous les bienfaits que vous offre cette situation, et tirez en profit pour la suite.

N’oubliez pas que le stress est néfaste et implique parfois des conséquences sans retour. Prenez donc le problème à la source et armez-vous de résilience pour votre bonheur !